Littérature jeunesse : « Un bébé pour tata »

Le 20 février dernier, est sorti le livre « Un bébé pour tata ». Un livre que j’ai illustré et – une fois n’est pas coutume – écrit. Un livre qui me tient particulièrement à cœur puisqu’il raconte une histoire vraie. Celle de ma sœur et la mienne.

Il y a quelques années, ma grande sœur a pris son courage à deux mains pour oser formuler une demande qui lui semblait presque indécente… ou peut-être avait-elle peur que je refuse ce qui était son dernier espoir d’être maman… Elle m’a demandé si j’accepterais de faire un don d’ovocytes.

Cela faisait déjà quelques années qu’elle et son compagnon essayaient d’avoir un bébé, sans succès. Le suivi médical, les traitements, les FIV, n’y ont rien changé. Et c’est avec une infinie tristesse que je l’observais, impuissante. Parfois même, un peu de culpabilité pointait le bout de son nez, car moi, de 9 ans sa cadette, j’étais déjà maman de deux enfants.

Et puis un jour, après avoir un peu tourné autour du pot, ma grande sœur m’explique qu’elle a entendu parlé du don d’ovocytes ; qu’en France, cette pratique existe mais qu’elle est anonyme ; qu’à l’étranger, il est possible de choisir sa donneuse…

Je l’écoute parler et mon visage s’illumine : je peux enfin l’aider ! Je ne suis plus une spectatrice impuissante de son désarroi !

Je lui dis OUI dans la minute (ce à quoi elle me répond qu’il faut bien y réfléchir, qu’il y aura un traitement hormonal lourd, des contraintes, blablabla… mais là, je ne l’écoute plus). Qu’importe : je peux aider ma grande sœur à devenir maman ! Je peux partager avec elle cette chance qu’offre la vie d’avoir des enfants ! Alors c’est OUI sans hésiter !

Quelques mois plus tard, nous calons à distance (elle en Italie, moi en France) nos cycles menstruels. Lorsque c’est le moment, je commence le traitement hormonal (1 semaine de piqûres dans le ventre) afin d’accroitre la production de mes ovocytes. De son côté, elle suit un traitement afin d’optimiser leur accueil. J’effectue un contrôle tous les 2 jours avec ma gynécologue, puis envoie les résultats des échographies et prises de sang en Belgique, dans la clinique qui suit la procédure. Jusqu’au jour où la clinique m’appelle : c’est l’heure ! Nous devons nous rendre à Bruxelles. Un couple part en avion depuis l’Italie, un autre en train depuis la France et nous voilà tous les 4 dans un charmant appartement Bruxellois.

A la clinique, une petite anesthésie et on me prélève 14 ovocytes ! Le conjoint de ma sœur, quant à lui, doit évidemment donner son sperme.

Et nous voici avec 3 jours devant nous pour jouer les touristes. Pendant ce temps, les « graines de bébé » sont fécondées en laboratoire.

Retour à la clinique, après quelques gaufres, moules-frites, shopping, musées et photos, et c’est au tour de ma sœur d’être anesthésiée pour l’implantation des ovocytes fécondés. 2 sont implantés, 4 autres congelés. Les 8 derniers n’ont pas pu être fécondés.

Quelques semaines plus tard, un coup de fil depuis l’Italie. Ça n’a pas fonctionné. Mais il reste des ovocytes congelés pour 2 nouvelles tentatives. Ma sœur, courageusement, repart seule en Belgique pour un nouvel essai.

Et quelques semaines plus tard, un coup de fil depuis l’Italie : je vais devenir tata !

« Un bébé pour tata » a déjà été publié mais en version e-book uniquement, aux Editions Pourpenser. Le sujet est très spécifique, le public en est donc assez limité. Aujourd’hui, ce sont les Editions Rêve d’enfant qui prennent le risque de publier cette histoire, en version papier cette fois. Après « Evaluna jongle avec les mots » et « Tik, Tak et mamie Tok font une plantation », Aurélie, mon éditrice ultra-dynamique me fait à nouveau confiance pour ce projet ! Pour cette renaissance, j’ai refait entièrement les illustrations, mon style ayant pas mal évolué depuis 2012…

Je suis aujourd’hui, la tata et marraine comblée, d’une petite Émilie jolie, aussi douce et gracieuse qu’un oiseau. Et je suis une petite sœur ultra-fière d’avoir contribué à une si belle histoire.

IMG_6427

Que vous soyez ou non concerné par le don d’ovocytes, j’espère que notre aventure vous touchera autant qu’elle a bouleversé nos vies.

Et si vous n’avez pas l’habitude de me laisser des messages sur ce blog, c’est le moment de commencer : dites-moi ce que vous en pensez, partagez votre propre expérience de la Procréation Médicalement Assistée, posez vos questions sur le don d’ovocytes… Bref, soyez aussi bavards que je l’ai été dans cet article !

 


Pour recevoir d’autres actualités,

abonnez-vous dans le bandeau en haut à droite.


 

Publicités

5 réflexions sur “Littérature jeunesse : « Un bébé pour tata »

  1. Un bel article qui retrace une histoire très touchante, une histoire de femmes (mais pas que !), parfait pour la journée internationale de la Femme. C’est chouette qu’un « vrai » livre papier puisse sortir. Bravo !

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, c’est une histoire que je lirai avec plaisir puisque je suis, peut-être, concernée. Ma sœur m’a proposé ses ovocytes mais j’avoue que j’ai beaucoup de questions et d’hesitations. Est-il possible d’échanger par mail ou téléphone ?
    Merci de votre aide.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s